Ninotchka

Description sommaire de l'histoire

Les camarades Brankov, Ivanov et Bibinsky, envoyés à Paris en mission spéciale, n'étaient vraiment pas heureux. Ils alléguaient bien que «Rembrandt est russe», ils étalaient bien une «argumentation dialectique parfaite», et pourtant ils ne pouvaient convaincre Me Léon Dagoult, l'avocat de la princesse Stéphanie (en exil), que celle-ci devait se désister d'un tableau qu'elle possédait du maître célèbre, et le remettre à la Commission de Récupération des Avoirs Russes à l'Étranger... C'était désespérant. En outre, Brankov avait faim et jugeait qu'il fallait tout interrompre pour aller déjeuner. Ivanov le retenait, ayant une peur bleue de l'arrivée d'un camarade délégué-contrôleur qui les accuserait de tiédeur. Effectivement, ce dernier fit son apparition... sous les traits de Ninotchka! Ninotchka, la camarade efficace, pratique et compétente, qui parlait neuf langues, possédait 14 diplômes de l'Université centrale de Moscou, qui connaissait la théorie de l'amour-science, l'amour-équation... mais à qui il restait à apprendre l'amour-émotion! (Source: La semaine à Radio-Canada)

Réalisateur(s)

    Compagnie(s) de production

    Diffuseur(s)

    Date de diffusion

    • 30 novembre 1952

    Durée et heure de diffusion

    • 1 épisode au total

    Distribution

    Suzanne Avon (Ninotchka)

    Paul Dupuis (Léon)

    Michelle Tisseyre (Princesse Stéphanie)

    Henri Poitras (Rôle inconnu)

    Roland Chenail (Rôle inconnu)

    Paul Guèvremont (Rôle inconnu)

    George Alexander (Rôle inconnu)